Publié par fara

 

 

Il était une fois un muntu, né sans aucun attribut de la matrice de l'anti-amour, par la grâce et la volonté de Nzambia Mpungu, le Créateur de toute chose, et entré dans celle-ci à l'âge adulte afin d'en percer les arcanes dans le cadre du combat final contre celle-ci, à l'issu du quel quiconque vit ici-bas, a la semblance humaine et le désire peut devenir un muntu vrai.

186023 631003744 8105479 n

De son entrée dans la matrice de l'anti-amour a résulté de nombreux tourments pour lui au cours desquels il a parfois eu l'impression d'être abandonné y compris de Nzambia Mpungu, et pourtant non ; cela avait été conçu de la sorte, il devait apparaître ainsi afin que les maîtres de l'anti-amour le perçoivent comme tel et approfondissent sur lui tous les mécanismes du mode opératoire pour forcer chacun a devenir membre « consentant » de la matrice.

 

Afin que quiconque est en « phase d'activation » ne puisse s'y soustraire, la matrice dispose de nombreux moyens de contrainte qui peuvent se résumer en trois grands groupes, avec sans doute des variantes, mais l'essentiel s'y retrouve.

 

Le premier groupe est celui de la graine, avec laquelle chacun naît depuis que celle-ci avait été répandue au sein du muntu originel, le noir, par ceux qui en sont les propriétaires légitimes qui eux naissent avec en vertu de l'héritage « génétique » propre à leurs concepteurs premiers, les Eloah qui se sont donnés aussi nom Jehovah, Yaweh, Shiloh, El shaddaï, Elohim, Yah, Jésus.

 

Cette graine donne à quiconque la possède en lui l'instinct de prédation, de proie vis à vis d'autrui, celui du chacun pour soi, de l'individualisme systématique, quitte à faire du mal pour parvenir à ses fins car elle vous fait admettre aussi, grâce aux efforts sans cesse renouvelés en ce sens de ceux qui la gèrent dans les médias de toutes sortes afin que tous s'en persuadent que c'est la norme, agir différemment vous fait passer pour un demeuré ou un faible, valeur peu admise par la matrice et ses tenants.

 

Par le biais de cette graine, quiconque vient vous agresser dans l'invisible ne fait pour ainsi dire que vous effleurer mais l'action interne de cette graine en vous fait que vous en éprouviez mille morts, un véritable enfer, tant et si bien qu'elle vous mène à la peur puisque vous n'en comprenez pas le sens, ni le fondement ; ceux qui vous entourent, y compris vos proches vous laissent dans la tourmente et font mine de rien voir.

 

Afin que vous demeuriez encore davantage seul, donc fragile, car vous devez lâcher prise parvenu à un certain stade d'exactions afin que vous acceptiez volontairement la matrice en commençant par rendre le mal par le mal, cette graine vous en donne la faculté par votre simple volonté.

 

Quiconque a en lui une parcelle de cette graine peut se voir tourmenter de la sorte, dans l'invisible, à tout moment par quiconque d'autre en est également pourvu, c'est à dire 100 % de « l'humanité » ; une fois que l'on a accepté la matrice, alors s'ouvre en soi des attributs de toutes sortes plus ou moins grandioses suivant le niveau d'élévation en esprit de chacun.

 

Capacité de voir derrière soi dès lors que l'on a les yeux ouverts, capacité de se dédoubler et d'user de son « corps astral » afin d'aller nuire à autrui où que se soit, capacité par la simple pensée de faire du tort à autrui puisque cette graine est la matrice commune qui vous lie aux autres, de sorte que vous vous sentez pleinement tributaire de chacun d'entre eux, sans réelle liberté, d'autant qu'au milieu de la foule vous voyez partout autour de vous, comme devant mais aussi derrière, alors que le muntu originel ne voyait pas derrière lui.

 

Cette graine donne aussi la faculté d'avoir des petits démons, ou esprits, à son service que l'on peut envoyer en ses lieu et place avec une mission précise sans réelle limitation de distance.

 

Le second volet de la matrice est assuré par les petits démons de toutes sortes, au service de la matrice et que peuvent activer ceux qui en sont des maîtres, chargés de tourmenter celui que l'on veut forcer à accepter la matrice afin qu'il ne puisse s'y dérober, ils peuvent être jusqu'à des milliers sur un seul être s'il s'avère que cette tâche ne s'annonce pas des plus simples, en raison du grade ou niveau d'élévation en esprit de la « cible » ils ont alors chacun un « travail » très spécifique auprès de leur cible, parfois ils le font à plusieurs, d'autres peuvent aussi être pourvus de plusieurs travaux.

Leur capacité à oeuvrer dans l'invisible en fait des partenaires redoutables pour la cible et très efficaces pour la matrice, ils nuisent à la cible sans que celle-ci ne puisse les percevoir de quelque façon que se soit, puisqu'elle ne les voit pas tant qu'elle n'a pas fait l'acceptation de la matrice de façon consciente, poussée par la peur et la lassitude.

Nul n'y résiste au risque de finir fou ou d'en mourir, alors la plupart cèdent, mais c'est ainsi que de nombreux finissent fous après en être passés par-là sans avoir accepté, cela est encore plus flagrant pour ceux qui le vivent après avoir intégré des voies de réveil en esprit telles que le saint Bwiti, car ayant vu la réalité du monde de l'esprit, si à ce moment-là ils n'ont pas encore connaissance de la matrice, alors très vite un amalgame malsain se fait en eux et ils finissent par considérer, à tort, le Bwiti comme malfaisant.

 

Ce qui est une grossière erreur car c'est du Bwiti qu'ils devraient retirer tout réconfort et toute force car il leur permet d'ouvrir les armes en esprit qui sont en eux, en raison de leur grade en esprit et constituent leur meilleur paravent contre la matrice ; de plus, agir de la sorte c'est se combattre vainement soi-même, car le monde des esprits est une partie, la partie essentielle de soi-même, celle qui renferme la vérité vraie.

 

Ces esprits peuvent aussi s'amuser, lorsque vous vous montré inhabituellement résistant à entrer dans la matrice, à paraître partout autour de vous pour bien montrer à tous qu'en dépit des apparences, vous ne vous appartenez plus, alors ils viennent déambuler et se gausser de vous aux yeux de ceux qui, déjà entrés dans la matrice, peuvent les voir.

Lorsque vous vous mettez à converser avec qui que se soit, notamment dès lors que vous parler de choses touchant à l'esprit dans le sens du Kimuntu, de l'amour, ils vous placent sous des tourments de toutes sortes, ainsi que lorsque vous parlez de ces même sujets auprès d'une foule nombreuse, afin de vous faire perdre tout crédit et de montrer que la matrice est bel et bien la plus forte.

 

Quand vous écrivez, les tourments s'accélèrent et se renforcent afin de vous empêcher de rendre témoignage, d'alerter ou de trouver quelque secours où que se soit, de même quand vous chanter, quand vous êtes joyeux...Ces esprits sont également habilités à vous insuffler des pensées de doute, de méfiance, afin que vous croyiez ceci ou cela...Pensées que vous allez très vite prendre comme étant vôtres, puisque la graine qui est en vous est leur support et vous lie à eux.

Très peu résistent à cette seconde phase du processus par lequel on force l'entrée de chacun dans la matrice, très peu, sinon les morts et ceux qui perdent l'esprit et que l'on appelle communément des fous ; si bien qu'à ce jour sur Kongo dia Mbumba, la terre, même les vingt et neuf mfumu za nsinda, gardiens des lois du Kimuntu, de retour ici-bas sont dans la matrice de façon contrainte et forcée, il en est également ainsi de tous ces millions qui doivent s'éveiller au grade de christ en devenant muntu.

 

Cependant ils n'y sont que d'apparence et par devers eux, leur cœur est demeuré dans le Kimuntu de tous les instants, leur apparente présence dans la matrice ne leur sert que de paravent pour se protéger des tourments de celle-ci, jusqu'au jour où ils vont enfin se défaire de la crasse en esprit que représente la graine de l'anti-amour en eux, ce jour ne cesse de se rapprocher au fur et à mesure que se fait la mise à nue de la matrice dans ses méandres.

 

Le troisième volet de la contrainte par force de la matrice est celui qui est constitué par les verrous qui sont en chacun et qui tiennent à des croyances fortement ancrées en chacun qui induisent nos propres malheurs car notre esprit, à travers notre mental et nos croyances, entraînent des réactions qui créent ou amplifient le mal en nous ; ainsi, certains sont « verrouillés » pour amplifier la moindre source de stress et la rendre angoisse, tout comme la moindre appréhension devient peur en eux, puis angoisse, voire dépression, sinon « folie », le moindre doute devient peur, puis angoisse, puis....Et c'est le cercle sans fin du serpent qui se mord la queue.

 

Dans une telle situation, un seul réconfort, le recours intérieur à Nzambia Mpungu, qui atténue les effets des maux que l'on rencontre en soi, en dépit de ce que cela apparaisse si léger dans l'immédiat, mais c'est une guerre en soi-même dans laquelle l'essentiel est de préserver son intégrité de cœur, donc d'esprit, et de ne pas céder en totalité à la matrice par son mode de pensée et de fonctionnement ; cela a permis à de nombreux jusqu'ici de s'éveiller au grade de christ tout en étant dans la matrice, l'un des plus connus en ce sens est Gandhi.

 

Tous ces tourments, notamment les deux premiers volets finissent très vite par vous donner la sensation que le monde entier est ligué contre vous, de sorte que vous vous sentiez partout sur la défensive et en veniez très vite à vouloir rendre le mal par le mal pour vous défendre ; se faisant vous finissez par obéir aux lois de la matrice, toutes contraires à celles du Kimuntu, comme on veut vous y amener.

 

Nul n'a résisté à ce traitement et est resté vivant sans en devenir fou car l'idée commune est alors de vous faire croire que tout le monde est ainsi, certes, mais naguère le muntu originel n'était pas ainsi, mais combien peuvent bien s'en souvenir, mis à part les gardiens de retour ici-bas, ceux qui doivent réveiller la dimension christique en eux en devenant muntu accompli, ceux qui n'en sont plus loin ou certains initiés ?

 

Cependant, dans les temps que nous sommes, Nzambia Mpungu a souhaité que naisse un muntu sans graine ni attribut de la matrice en lui, il devait contracter cela sans s'en douter, passer par les phases de la contrainte forcée d'entrée dans la matrice, sans jamais accepter d'y entrer, puis se voir libérer de la graine et des racines de celle-ci en lui afin de montrer à tous qu'il est possible de sortir de la matrice si on le veut et le demande à Nzambia Mpungu.

Cela constitue le programme qui attend quiconque vit ici-bas, quelque soit sa couleur, pourvu qu'il en respecte le cadre, c'est à dire l'acceptation du nom de Nzambia Mpungu et des dix lois du Kimuntu, l'amour.

 

Il en est ainsi des blancs, comme des jaunes mais aussi du muntu originel bien sûr afin que quiconque ici-bas accepte de réintégrer le cadre originel voulu par Nzambia Mpungu redevienne ou devienne un muntu et que l'humanité apparaisse véritablement unie et UNE.

 

Luzolo Menga ma Kongo