Publié par fara

 

 

Un calme précaire est observé ce samedi 07 juillet dans l’après-midi à Kiwanja et Rusthuru-centre dans la province du Nord-Kivu. Quelques boutiques et commerces  ont même ouvert les portes. Mais ce retour timide à la normal ne rassure pas les habitants dont certains s’enfuient vers Goma ou Butembo. Cette panique généralisée avait été créée par l’occupation du poste frontalier de Bunagana par les mutins du Mouvement du 23 mars 2009 (M23).


Les habitants du territoire de Rutshuru, dans le Nord-Kivu, craignent une attaque des mutins du M23 qui ont pris vendredi 6 juillet le contrôle de la cité de Bunagana, un poste frontalier entre la RDC et l’Ouganda.


Une grande partie de la  population a  envahi le parking des bus de Kiwandja. Plusieurs personnes avec bagages ont afflué les lieux. Certains cherchaient un bus pour se rendre à Goma. D’autres, par contre, se dirigeaient vers la route de Butembo. L’un des responsables de la section bus de l’Association des chauffeurs du Congo (ACCO) avait noté vers huit heures du matin qu’une dizaine de minibus avaient embarqué des agents d’une ONG ainsi que des habitants de Kiwanja et de Rutshuru–centre. Cependant, l’engouement est resté perceptible jusque tard dans l’après-midi. A ce moment-là, aucun mini-bus n’était plus disponible, avait dit le responsable de la section bus de l’ACCO.


A Rutshuru-centre comme à Kiwanja, on a observé des petits attroupements de personnes. Elles semblaient chercher visiblement à comprendre ce qui se passait.


Le responsable de la société civile s’inquiète déjà de la psychose  qui gagne les populations. Selon  Le grand chef coutumier de la    chefferie de Bwisha, l’honorable Mwami Dieudonné Ndeze, tous les dispositifs sont mis en place pour rétablir la sécurité dans cette entité. Il reconnaît cependant qu’il est normal que la population soit paniquée en pareilles situations.


Les rebelles du M23 ont repris la cité de Bunagana vendredi 6 juillet au terme de violents combats qui les ont opposés aux Forces armées de la RDC (FARDC). Ces combats ont entraîné le déplacement de milliers de personnes, dont certains ont trouvé refuge dans l’Ouganda voisin.

 

 

                                                                                                             Radiookapi.net

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article