Publié par fara

 

Mbanza-Kongo.jpg

                                                            La ville historique de Mbanza Kongo

 

 

Mbanza-Kongo (Angola)- L'historien angolais Patrício Basikama a défendu, vendredi, dans cette ville, la nécessité d'associer des études scientifiques à la diplomatie pour l'inscription de Mbanza-Kongo au rang de patrimoine de l'humanité.

 

La présentation de la candidature de façon isolée à l'UNESCO réduit le poids du projet, a souligné l'académicien, en marge d'un séminaire sur la Journée de l'Afrique, célébrée le 25 mai.


 
"L'UNESCO est l'organisme de l'ONU qui traite de l'éducation, la science et la culture, mais elle y a aussi un angle politique, car la pétition présentée par le Ministère de la Culture doit compter sur un dossier issu d'intense travail diplomatique", a-t-il expliqué.

 

Il a cité comme exemple le cas de la danse folklorique portugaise"Fado", dont l'inscription dans la liste du patrimoine de l'humanité a bénéficié d'une main forte de la diplomatie portugaise.


 
Selon Patrício Basikama, l'Angola occupe actuellement une position privilégiée au niveau des organisations comme la SADC, la CPLP,
l'Union Africaine, dans le sens d'obtenir la solidarité nécessaire en vue de la concrétisation du projet " Mbanza-Kongo, ville à déterrer pour préserver".


 
Le projet coordonné par l'archéologue angolaise Sónia da Silva Domingos se trouve en phase d'études archéologiques, ayant déjà été
effectuées quelques fouilles qui ont abouti à la découverte de certain matériel archélogique datant du XVè siècle.


 
Le projet a été lancé en 2007 par le Ministère de la Culture avec la réalisation d'une table ronde internationale.

 

 

 

                                                                                                                                  Angop

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article