Publié par fara

 

 

Mort soudaine du président Atta Mills, le vice-président lui succède 

 

Accra - Le président John Atta Mills, qui dirigeait le Ghana depuis 2009, est mort brusquement mardi à 68 ans, un décès qui ouvre une période d'intérim jusqu'à la présidentielle prévue en décembre dans ce pays présenté comme un rare exemple de démocratie en Afrique de l'Ouest.


La présidence avait annoncé dans l'après-midi "la mort brusque et prématurée du président de la République du Ghana", sans donner de précisions sur les raisons du décès du chef de l'Etat survenu dans un hôpital d'Accra, la capitale. John Atta Mills s'était rendu aux Etats-Unis le mois dernier pour des examens médicaux dits de routine mais des rumeurs le disaient atteint d'un cancer de la gorge.


Il dirigeait depuis janvier 2009 cette ancienne colonie britannique devenue récemment un important producteur de pétrole et devait se présenter pour un second mandat à la fin de l'année. Pays de 25 millions d'habitants, le Ghana avait été choisi par Barack Obama pour y effectuer, en 2009, sa première visite de président des Etats-Unis en Afrique sub-saharienne.


Conformément à la constitution, le vice-président John Dramani Mahama a prêté serment devant une session extraordinaire du Parlement quelques heures après la mort du chef de l'Etat. "Je veux assurer les Ghanéens que tout est en ordre. Nous allons maintenir la paix, l'unité et la stabilité qui font la réputation du Ghana", a-t-il dit tout de suite après son investiture.


A Washington, M. Obama a également salué la mémoire de son homologue disparu. Atta Mills "a travaillé inlassablement pour améliorer la vie des Ghanéens. Il a aidé à promouvoir la croissance économique au Ghana (...) et en a renforcé la solide tradition démocratique", a-t-il dit.


 

 

                                                                                              Angop

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article