Publié par fara

 

 

 

Au nom du gouvernement de la République démocratique du Congo, le ministre de la Justice et Droits humains, s’est incliné devant la dépouille mortelle du pasteur Mbunga Tusevo de l’église kimbanguiste, agressé suite à la publication des résultats provisoires de l’élection présidentielle.

 

Le mardi 27 décembre 2011, des obsèques grandioses ont été organisées au Centre d’accueil kimbanguiste en mémoire du regretté pasteur Emmanuel Mbunga Tusevo. Victime de l’intolérance politique, ce chef de service chargé du patrimoine à la paroisse de Tuwisana, située sur la rue Tuwisana n°181, quartier Lubudi, dans la commune de Selembao, a succombé le 10 décembre 2011 vers 7h00’ du matin, suite au supplice que lui ont fait subir certains jeunes gens mécontents de la publication provisoire des résultats de l’élection présidentielle.

 

A cette cérémonie funèbre, le gouvernement de la République a été représenté par Emmanuel Luzolo Bambi Lessa, ministre de la Justice et Droits humains. Après avoir déposé sa couronne de fleurs, le ministre Luzolo s’est ainsi adressé à l’assistance : «Au nom du président de la République, je suis venu présenté les condoléances à toute l’église kimbanguiste. C’est triste qu’à cause des élections, organisées pour faire avancer le pays, il y ait eu meurtre».

Profondément touché par ce qui est arrivé, le ministre de la Justice a déclaré que ce disparu, qui prêchait la parole de la fraternité, est un martyr de la démocratie. Nonobstant cela, Luzolo Bambi a ainsi exhorté les Kimbanguistes : «Malgré ce meurtre, il faut éviter la vengeance, car nous avons besoin de la cohésion nationale. Ceci ne doit pas inciter à la vengeance, mais doit être considéré comme une interpellation pour tous les Congolais».

 

A cette foule affligée, le ministre Luzolo a promis que le gouvernement n’abandonnera pas la famille. Il a fini par rassurer : «Nous n’abandonnerons pas la veuve». Répondant au père de la veuve qui venait de se défouler au micro, le ministre a précisé : «Ce que nous avons remis, c’est pour partager la douleur avec nos frères, mais il n’a pas été question de l’argent à distribuer». Après quoi, il a dit que les membres du ministère de la Justice et Droits humains iront voir la l’épouse inconsolable dans les jours à venir. C’est pour ce genre de cas, a déclaré le ministre Emmanuel Luzolo Bambi, qu’une structure dénommée «Commission d’assistance aux veuves et aux orphelins» a été instituée au sein de son ministère.

 

Quant aux meurtriers présumés, le ministre de la Justice a affirmé qu’ils sont déjà aux arrêts, et ils subiront leur peine tel que le prévoit la loi. Avant de finir, Luzolo Bambi Lessa a fait cette exhortation : «Plus jamais ça !». A l’attention de l’opinion, il a juré que si cela se répète, on frappera plus fort. Et cela avant de promettre : «Nous allons continuer à épauler l’église kimbanguiste».

 

Au cours de cette journée, le chef spirituel et représentant légal de l’église kimbanguiste était représenté par le révérend Nlandu Ndombasi, son directeur de cabinet.

 

Dans son oraison funèbre, le révérend pasteur Mpembo a souligné que le disparu est né à Kwilu-Ngongo en 1963. Baptisé à l’église kimbanguiste en 1981, il a été nommé pasteur le 25 juillet 2010. Mort à l’âge de 48 ans, l’infortuné laisse une veuve et cinq enfants.

 

Le représentant de la famille biologique du disparu a exprimé sa reconnaissance au gouvernement qui a supporté tous les frais depuis l’hospitalisation jusqu’aux funérailles. Il a, en particulier, remercié le ministre Luzolo Bambi et le gouverneur de la ville de Kinshasa.

 

A propos de ce malheur irréparable, il a déclaré que la mort survient de plusieurs manières, mais elle est irréversible, et personne n’ignore les douleurs qu’engendre la perte d’un être cher. Il a présenté le regretté pasteur Mbunga comme un pacificateur, toujours souriant. Comme requête, il a dit que les orphelins ont le droit de bénéficier d’une instruction valable. Il a aussi sollicité l’encadrement moral de l’église. Et cela, avant de dire que le pasteur Mbunga a été un véritable serviteur de Dieu.

 

Quant au beau-père du disparu, il s’est illustré par des paroles véhémentes, en faisant comprendre aux autres que sa fille ne doit pas souffrir. Il a aussi trouvé anormal le fait que l’on ne l’ait pas associé à la gestion de l’argent remis par le ministre de la Justice. Et cela, malgré tous ses bienfaits dont a bénéficié cette église.

 

Au nom du chef spirituel, un pasteur a prêché l’esprit de concorde qui a fait défaut au soir du 9 décembre 2011. Comme le ministre, il a déclaré : «Que ce genre de scénario ne puisse plus se répéter dans notre République !». Il a dit pour finir : «Nous avons l’espoir que notre frère a gagné son combat, et qu’il se trouve en ce moment à Nkamba ». Après un défilé interminable pour le dépôt des gerbes de fleurs, le corps du pasteur Mbunga a été conduit au cimetière de Lutendele pour l’inhumation.

 

 

 

                                                                                                                           Source. lepotentiel.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article