Publié par fara

Par Dr João Disila.

 

 

L'ANNEXION DU ROYAUME DU KONGO A LA COLONIE PORTUGAISE D'ANGOLA KILWANZI

Les Portugais qui ont ainsi réussi à briser le royaume de Ngola KIlwanzi  ne se crurent pas satisfaits.Ils réataquèrent celui du Kongo déjà dévasté et ruiné par leurs intrigues. pour aider à l'accouchement du bébé Angola, les spécialistes portugais étaient à l'oeuvre dans le Kongo d'où étaient organisées et dirigées des incursions qui harcelaient le Mpungu a ndongo conquis vers l'année 1680.


20110315160059adar.jpg


Le Kongo détruit n'existait plus qu'en petits états où chaque roitelet revendiquait la souveraineté et le trône de Mbanza kongo. Le district de Nsoyo était déjà indépendant au même titre que celui de Luango. Matamba, Ngoyo, Nsoso, Zombo, Kibangu, kongo dia Lemba, Nsundi et Nkusu n'étaient plus sous contrôle de la cour de Mbanza kongo.


La politique coloniale portugaise consistait à diviser pour régner, à dominer et non à servir. Pour atteindre ces buts, il ne suffisait pas aux portugal d'exploiter son domaine et de s'enrichir, mais il fallait rendre inopérant l'appareil politique.Le trône kongolais appartiendra désormais au favori des portugais. A paritr du roi Afonso Ier Mvemba a Nzinga, aucun roi ne régnera sans l'accord préalable des européens. Ainsi par exemple, les dix-sept rois qui sétaient succedés sur le trône du Kongo depuis la mort d'Afonso Ier en 1543 jusqu'à l'avènement d'Antonio Ier Vita Nkanga en 1663, douze moururent assassinés par leurs rivaux. Afonso Ier, par incitation portugaise tua son demi-frère Mpanzu a Lumbu qui refusa la prospection des mines d'or et d'argent de Damba. Pedro Ier Nkanga Mvemba, fils de Mpanzu a Lumbu ne régna que six heures. Il fut destitué par francois Ier Mpudi a nzinga, le favori des Portugais.


En 1656, les portugais présentèrent un traité au roi garcia II Kimbaku Nkanga ne Lukeni qui régna de 1641 à 1663 dont voici le contenu:


"Le soba d'Ambuila, un dembo(...) dépendra désormais de Luanda; aucun européen n'entrerait au Congo sans passer par le port de Luanda(...), le commerce à l'interieur du congo sera libre pour les portugais, le tissu, le sel et les esclaves, devront circuler sans être frappés des péages(...). Le Congo devait céder ses droits sur les territoires situés au sud du fleuve Dande(...) elles (sic) comprenaient l'île de Luanda, d'où le Congo tirait sa monnaie, le Nzimbu"(1) En 1664, quand le successeur de Garcia II (Kimbaku Nkanga Ne lukeni), Antonio Ier Nkanga demanda la restitution de l'île de Luanda, les portugais lui exigèrent d'abord de céder les mines de Damba . Le refus du roi kongolais poussa les Portugais à inciter Dom Antonio Afonso Newandu, chef du district de nsoyo, et Dona Isabela Ne Mbuila, chef de Mbuila, à guerroyer Antonio Ier, Vita nkanga.


Conformement au plan établi, les révoltés devaient être secourrus par les Portugais de Luanda afin de s'emparer des mines d'or promises aux Portugais par le roi Garcia II Kimbaku Nkanga Ne lukeni.André Vidal de negreiros( gouverneur de luanda) leur envoya un contingent militaire sous le commandement du général Luis Lopes de Sequeira.


Lorsque le roi kongolais eut connaissance de ce qui se tramait contre lui à Luanda et à Lisbonne, il entreprit, le 13 Juillet 1665, une campagne mobilisant tous les hommes valides de son royaume; En Octobre de la même année, le général Luis lopes de seqeuira, avec sa troupe de 360 Portugais et 700.000 yaka, se trouvait à Mbuila (village situé entre Mbanza Kongo et Nambua ngongo) pour seconder la révoltée Dona isabela.


Le roi Antonio ier Vita Nkanga se rendit personnellement sur le champ de bataille. Il avait une armée de plus de 900.000 homes, sous le commandement de Ne Mbamba et en plus 190 Portugais sous le commandement de Pedro Fias de cabra, un capitaine mulâtre. Donc du côté kongolais, il y avait deux commandements différents.


Cette erreur fit perdre la guerre aux kongolais. Le 29 Octobre 1665, l'armée kongolaise fut battue. Le roi Antonio Ier Vita nkanga fut tué; sa tête coupée fut rapportée à luanda en même temps que les prisonniers dont Afonso, le fils du roi tué et le Jésuite kongolais, le père Manuel Rodrigues.


Prenant Dieu et son Eglise comme complices de leurs carnage, les portugais fêtèrent leur victoire par un Te Deum chanté dans toutes les paroisses catholiques du Kongo et de Mpungu a ndongo. une messe d'action de grâce agrémentée des sermons de circonstance fut célébrée en Angola comme au portugal.


A la fin de réjoussance, le gouverneur Vidal de Negreiros fit enterer la tête du roi kongolais dans l'Eglise de Nazareth à Luanda.


L'eglise fut érigée par le gouverneur pour commémorer la bataille. Tel est le résutat des alliances entre les rois kongolais et portugais . Le terme MAKANGU indéfrctible amitié finit par devenir MON KONGO. Et lorsque viendra la conférence de Berlin en 1885; le grand et puissant royaume du kongo ne sera qu'un faible territoire en lambeaux que le portugal annexera sans le moindre effort à la colonie d'gola kilwanzi(d'où le nom" ANGOLA," c.à.d peuple de ..), annexion faite sans tenir compte des limites ethniques et claniques