Publié par fara

 

Por Bilolo bia Mbolongo

 

 

KIMPA MVITA 300 ans



Puis-je rappeler aux femmes leur rôle?
Femme, quand serons nous à jamais prêtes ?
Femmes du monde noir et d’ailleurs, ce jour est un grand jour pour nous.
La route de la délivrance est ouverte, elle est sinueuse mais plus sure.
Kimpa Vita est une voie : celle de la délivrance.
Voici 300 ans que son cri a fait éclater la voûte.

Réveillez-vous, dormez vous encore ?

Sachez le que yaya Kimpa Vita nous attend.

Cette jeune femme de vint et deux ans qui remua les montagnes par sa témérité.
Une grande figure de chez nous!
Elle représente une des cinq portes de la délivrance du peuple opprimé.
Oui, il est temps de penser à elle.
De chanter son nom, de célébrer son existence, sa prophétie nous concerne.
Toute son œuvre nous est dédiée par amour.
Toute sa personne a consumé au feu pour notre libération.
Dans la force de sa jeunesse elle nous insuffle sa volonté et son courage.
Elle, la jeune noire craint des plus hauts responsables de ce monde nous attend.
Car en fait son œuvre ne fait que débuter. Elle amorce notre délivrance.
Une œuvre brève mais éternelle !
Du haut de ses 22 ans elle nous crie : il est l’heure!

L’heure de la grande délivrance.

Son génie nous attend.

Ne célébrons pas sa mort, car chez nous les morts ne sont pas mort : nous les vénérons.
Ne la tuons pas non plus une deuxième fois, faisons attention à nos actes.
322 ans C'est l’âge où le génie renaît comme le phénix !
Comme en l’an 320 avec yaya Mbangala, rejoignons unifiés les berges du fleuve sacré. Elle fut l'un des précurseur de ceux qui établirent la loi du ma Koko.
L’esprit blanchi de notre sœur aînée scintille au firmament.
Son message tel une goûte d’eau qui fait déborder le vase, telle doit être votre conscience ces jours.
Ecoutez, ouvrez votre cœur car son message parle le langage du cœur.
Ecoutez donc la voix du cœur qui vibre dans un appel solennel.
Si tu ne peux te faire entendre, trouve un interprète qui saura mieux le faire.
Si tu ne peux marcher trouve des béquilles à ton corps et lève toi.
Si tu ne peux voir laisse tes mains explorer l’univers à la place de tes yeux.
Il n’y a pas de handicap insurmontable.
Sachons trouver dans chaque élément de la création un moyen de réalisation de notre rôle.
Il existe un système qui a déjà fait ses preuves au temps de grands déchirements.
La femme de l’Inde d’Amérique en parle : recourons vite à la communication vibratoire
La rééducation des cœurs, à la ré humanisation fleuri dans nos habitudes vibratoires.
Devenus des sans voix, laissons donc un avocat plaider notre cause.
Et disons au carrefour car c’est la bas qu’on nous dirige, ce qui est, ce qui fut et ce qui viendra.

Dire aux petits files …..

Disons pour que nos enfants n’oublient jamais leur origines : leurs ancêtres.
Qu’importe notre handicap, disons cela.
Vas-y toi, parle leur peut être t’entendra t’on mieux. Vas-y ma Ngoma-Djembe !
Dis leur que nous voulons la paix pour élever nos enfants et notre continent.
Après cela, sachons êtres des femmes responsables.
Pour que par nous naissent des hommes responsables pour un monde beau.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article