Publié par fara

mausoleu-aa-neto.jpg

 

Luanda - Le Mémorial  Dr. António Agostinho Neto, situé sur l'avenue nouvelle Marginale de Luanda, a été inauguré lundi. Le président angolais, José Eduardo dos Santos, a desserré la plaque et la statue d'Agostinho Neto, en présence de diverses autorités politiques et ecclésiastiques, entre autres.

 

Le Mémorial, dont les travaux ont débuté en septembre 1982, a été érigé en hommage au premier président angolais, né le 17 septembre 1922, à Kaxicane, dans la région d'Icolo e Bengo, dans la provínce de Luanda, et décédé le 10 septembre 1979, à Moscou, dans l'ex-Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS), des suites de maladie.

 

Avec une superficie totale de 18 hectares, le mémorial a un bloc central qui comporte le sarcophage où repose la dépouille mortelle d'Agostinho Neto; un musée, une galerie d'exposition, de salles de fonctions, une administration, une bibliothèque, une bibliothèque multimedia, une vidéothèque, un centre de documentation et une tribune présidentielle extérieure.

 

A gauche de l'édifice se trouve une galerie pour exposition, des ateliers (d'artisanat et de graphisme), des services d'appui comme un cafétariat, des installations sanitaires, et à droite, un arrière-cour multifonctionnel. Des salles de recherche d' Internet, de formation de conférence et une tribune extérieure.

 

Le projet avait comme prémisse principale, un espace historico-culturel qui retrace l'histoire du premier président angolais, avant et après l'indépendance du pays.

 

Le même projet a conféré au "Mémorial Dr. António Agostinho Neto” l'étenité architectonique, marquée par les deux grandes nefs, de plus de 60 mètres d'extension, et une tour d'environ 120 mètres de hauteur, qui peut être visualisée à partir de divers coins de la ville de Luanda.

 

Le Mémorial a également une piste de défilé d'environ 500 mètres d'extension, un espace de tribune de 1979 places, ainsi qu'un parc de stationnement de 300 voitures.

 

 

 

                                                                                                                                               Angop

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article