Publié par fara

 

Les devoirs des Missionnaires dans notre colonie

Révérends Pères et Chers Compatriotes, soyez les bien­ve­nus dans notre seconde patrie, le Congo Belge

 

La tâche que vous êtes conviés à y accom­plir est très déli­cate et demande beau­coup de tact. Prêtres, vous venez certes pour évangéliser. Mais cette évangélisation doit s’ins­pi­rer de notre grand prin­cipe  : tout avant tout pour les inté­rêts de la métro­pole (Belgique).


Le but essen­tiel de votre mis­sion n’est donc point d’appren­dre au noirs à connaî­tre Dieu. Ils le connais­sent déjà. Ils par­lent et se sou­met­tent à un NZANBE ou un NVINDI-MUKULU, et que sais-je encore ? Ils savent que, tuer, voler, calom­nier, inju­rier.. est mau­vais.

 


teste.jpg

 


Ayant le cou­rage de l’avouer, vous ne venez donc pas leur appren­dre ce qu’ils savent déjà. Votre rôle consiste, essen­tiel­le­ment, à faci­li­ter la tâche aux admi­nis­tra­tifs et aux indus­triels. C’est donc dire que vous inter­pré­te­rez l’évangile de la façon qui sert le mieux nos inté­rêts dans cette partie du monde. Pour ce faire, vous veille­rez entre autres à :


- 1. Désintéresser nos « sau­va­ges » des riches­ses maté­riel­les dont regor­gent leur sol et sous-sol, pour éviter que s’inté­res­sant, ils ne nous fas­sent une concur­rence meur­trière et rêvent un jour à nous délo­ger.
Votre connais­sance de l’évangile vous per­met­tra de trou­ver faci­le­ment des textes qui recom­man­dent et ’font aimer la pau­vreté’. Exemple : « Heureux sont les pau­vres, car le royaume des cieux est à eux » et « il est plus dif­fi­cile à un riche d’entrer au ciel qu’à un cha­meau d’entrer par le trou d’une aiguille ». Vous ferez donc tout pour que ces Nègres aient peur de s’enri­chir pour méri­ter le ciel..


- 2. Les conte­nir pour éviter qu’ils ne se révol­tent.
Les admi­nis­tra­tifs ainsi que les indus­triels se ver­ront obli­gés de temps en temps, pour se faire crain­dre, de recou­rir à la vio­lence (inju­rier, battre..). II ne fau­drait pas que les Nègres ripos­tent ou nour­ris­sent des sen­ti­ments de ven­geance. Pour cela, vous leur ensei­gne­rez de tout sup­por­ter. Vous com­men­te­rez et les invi­te­rez à suivre l’exem­ple de tous les saints qui ont tendu la deuxième joue, qui ont par­donné les offen­ses, qui ont reçu sans tres­saillir les cra­chats et les insul­tes.

- 3. Les déta­cher et les faire mépri­ser tout ce qui pour­rait leur donner le cou­rage de nous affron­ter.


Je songe ici spé­cia­le­ment à leurs nom­breux féti­ches de guerre qu’ils pré­ten­dent les rendre invul­né­ra­bles. Étant donné que les vieux n’enten­draient point les aban­don­ner, car ils vont bien­tôt dis­pa­raî­tre, votre action doit porter essen­tiel­le­ment sur les jeunes.

 

- 4. Insister par­ti­cu­liè­re­ment sur la sou­mis­sion et l’obéis­sance aveu­gles.
Cette vertu se pra­ti­que mieux quand il y a absence d’esprit cri­ti­que. Donc évitez de déve­lop­per l’esprit cri­ti­que dans vos écoles. Apprenez-leur à croire et non à rai­son­ner. Instituez pour eux un sys­tème de confes­sion qui fera de vous de bons détec­ti­ves pour dénon­cer tout noir ayant une prise de cons­cience et qui reven­di­que­rait l’indé­pen­dance natio­nale.


- 5. Enseignez-leur une doc­trine dont vous ne met­trez pas vous-même les prin­ci­pes en pra­ti­que. Et s’ils vous deman­daient pour­quoi vous com­por­tez-vous contrai­re­ment à ce que vous prê­chez, répon­dez-leur que "vous les noirs, suivez ce que nous vous disons et non ce que nous fai­sons". Et s’ils répli­quaient en vous fai­sant remar­quer qu’une foi sans pra­ti­que est une foi morte, fâchez-vous et répon­dez : "heu­reux ceux qui croient sans pro­tes­ter".


- 6. Dites-leur que leurs sta­tuet­tes sont l’oeuvre de Satan.
Confisquez-les et allez rem­plir nos musées : de Tervurene, du Vatican. Faites oublier aux noirs leurs ancê­tres.

- 7. NE PRÉSENTEZ JAMAIS UNE CHAISE À UN NOIR QUI VIENT VOUS VOIR.


Donnez-lui tout au plus une ciga­rette. Ne l’invi­tez jamais à dîner même s’il vous tue une poule chaque fois que vous arri­vez chez lui. NE JAMAIS DIRE « VOUS » À UN NOIR, CAR IL SE CROIRAIT L’ÉGAL DU BLANC..


- 8. CONSIDÉREZ TOUS LES NOIRS COMME DES PETITS ENFANTS que vous devez CONTINUER À TROMPER.
Exiger qu’ils vous appel­lent TOUS « MON PÈRE ».


- 9. Criez au com­mu­nisme et à la per­sé­cu­tion quand ils vous deman­dent de cesser de les trom­per et de les exploi­ter.

Ce sont là, Chers Compatriotes, quel­ques-uns des prin­ci­pes que vous appli­que­rez sans faille. Vous en trou­ve­rez BEAUCOUP D’AUTRES dans des livres et textes qui vous seront remis à la fin de cette séance. Le Roi atta­che beau­coup d’impor­tance à votre mis­sion. Aussi, a t il décidé de faire tout pour vous la faci­li­ter. Vous joui­rez de la très grande pro­tec­tion des admi­nis­tra­tifs. Vous aurez de l’argent pour vos oeu­vres évangéliques et vos dépla­ce­ments. Vous rece­vrez gra­tui­te­ment des ter­rains de cons­truc­tion pour leur mise en valeur, vous pour­rez dis­po­ser d’une main d’oeuvre gra­tuite.

Voilà donc Révérends Pères et Chers Compatriotes, ce que j’ai été prié de vous faire savoir en ce jour.

Main dans la main, tra­vaillons donc pour la gran­deur de notre Chère Patrie.


(Source : Avenir colo­nial Belge, 30 octo­bre 1921

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article