Publié par fara

 

 

Par Londa Mavungo


 

185773_1874659783615_2490754_n.jpg

 


Province à vendre...


Il m'est arrivé de croire que le Bas-Congo en RdCongo était à vendre, la terre du Bas-Congo était à vendre. Pourquoi le dis-je ?


Parce que Kinshasa a atteint Kasangulu ces dernières semaines (mois). Ceux et celles qui s’achètent des lopins de terres pour se construire des maisons, le font dans le territoire de Kasangulu, dans la Lukaya.


La raison est bien simple, le terrain acheté en territoire kinois coûte trop cher. D'ailleurs, dans le passé, quand on avait commencé à vendre des terres aux bords de Kimwenza, plusieurs amis originaires du coin s'inquiétaient déjà.


Et que dire aujourd'hui, au moment o'u la province sert de cimetière aux Kinois ?


Ce qui est bizarre dans ces acquisitions, c'est la valeur de ces terres et surtout l'avenir des villages de la Lukaya. Imaginez que demain, tu as envie d'aller visiter la terre de tes ancêtres et que tu y arrives et qu'à la place, c'est la résidence d'un kinois qui y est... cela est déconcertant et pas fidèle à la tradition Koongo, une tradition qui rappelle que la terre appartient aux familles mais prêtées à ceux et celles qui veulent la cultiver.... la cultiver!!!


carte_bc_lvcdigital.jpg

 

La situation ne se borne pas seulement sur Kinshasa, dont la population aimerait bien acquérir des terres dans le Bas-Congo par Kisantu, mais Matadi depuis quelques mois (années) a commencé à vendre les terrains de l'autre rive du fleuve, la rive dite habituellement 'simu ya Mayombe'.


Les lotissements vont demain arriver jusqu'à Tshimpi, Boko, Lukimba, N'sanda Matadi et un jour...Kinzao-Mvuete. Et du coté de Mpozo, les lotissements ont traversé la rivière et attaquent aujourd'hui les montagnes de Pala-Bala.


Que dire de Boma, qui a vu les sites des villages de Kikuku faire désormais partie de la ville de Boma... les lotissements s'attaquent aux terres aux alentours des routes de Moanda et de Matadi. Des terres qui servent habituellement à nourrir la population.


À Moanda, c'est la même chanson. Les villages woyo de Mamputu, Kinsaku et autres font partie des quartiers de cette cité-village.


Tsiamfumu se voit ses terres en vente, des terres prisées au bord de la mer.


Alors, frères ne-kongo s'agirait-il seulement de se mettre dans son petit coin, de prendre son téléphone et d'appeler les frères restés au pays de ne pas vendre leur terre ? ou faut-il demander aux élus locaux de faire un travail de motivation ?

 

Mais cher frères et soeurs, quand on n'a pas de boulots et qu'on veut vivre, parfois la voie la plus simple serait celle de vendre ce qu'on a d'essentiel... Je ne sais quoi dire !!!! Oui, on a parlé d'élu... je sais que la situation est la même dans l'ensemble de l'Espace Kongo.

 

 

                                                                                          Source: Groupe Nekongo/ facebook

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article