Publié par fara

 

La nuit sans fin, plus de jour, que la nuit partout sur terre et à toute heure parce que le soleil n'aurait plus brillé, avec toutes les conséquences au niveau de la faune et de la flore que cela suppose ; tel aurait été la destinée de la terre si nul ici-bas n'avait été en mesure de résister à la matrice, si celui qui avait accepté devant Nzambia Mpungu et ses pairs gardiens être capable de le faire avant que de revenir se réincarner ici-bas, le muntu né hors de la matrice, avait fini par y sombré, de guerre lasse.

 

Il a été l'unique porteur de la flamme (« tiya tua tu nene ka lu kuni lu mochi kua ! ») apte à enclencher le rayonnement salvateur de Kongo dia Mbumba, la terre, car parce que la matrice avait acquis toutes les âmes, plus aucune ne permettait au soleil de luire, c'est ce qui était arrivé au système solaire d'où sont issus ceux que l'on appelle communément les reptiliens, planète qui porte le nom véritable de Mû.

 

En sortant définitivement de la matrice, le muntu né en dehors de celle-ci a permis que le feu sacré qui brûlait en lui seul serve de chardon ardent pour enflammer le soleil dans son rayonnement actuel, il n'est donc plus nécessaire que celui-ci le porte encore en lui, comme tous peuvent en bénéficier à présent, y compris lui-même.

 

Le soleil qui rayonne avec mille éclats partout en ce moment sur Kongo dia Mbumba reflète la toute sainteté et la toute puissance de Nzambia Mpungu et est chargé de deux missions principales : brûler le mal où qu'il réside encore ici-bas et raviver le bien partout où il est empêché d'éclore de quelque façon que se soit afin que chacun puisse valablement s'ouvrir à lui-même, à son être intérieur plein et entier ; cela concerne en premier lieu tous ceux qui doivent devenir muntu accompli pour la première fois depuis que leur esprit est descendu ici-bas, mais aussi les gardiens et tous ceux qui ont en eux le minimum nécessaire pour résister au soleil purificateur.

 

En effet, certains y survivront et devront transmuter (viluka), d'autres en seront incapables tant le mal est profondément ancré en eux et qu'ils n'ont aucune notion de l'exitence de Nzambia Mpungu, le Créateur, car transmuter suppose l'acception et la reconnaissance de son nom, tout comme des lois qui gèrent le Kimuntu ; ceux-là ne pourront subsister ici-bas et s'en iront pour renaître ici-bas ou ailleurs quand les temps seront plus propices à leur apprentissage du Kimuntu.

 

Ce rayonnement du soleil va perdurer jusqu'à un certain mois de l'an 2014, c'est au cours de cette même période que vont se «construire » en totalité les gardiens, afin d'être aptes à pouvoir assumer la plénitude de leur mission, jusqu'à parvenir à la pleine et totale possession de leurs attributs ou dispositions en esprit car on n'est certes destiné à devenir ceci ou cela, mais encore faut-il le réaliser par un parcours sans faille de nature à ne pas l'empêcher.

 

Ces attributs en esprit sont de cinq grandes catégories, certaines regroupent des réalités communes et, d'autres, des réalités particulières propres à la mission spécifique de chaque gardien des lois, mfumu za nsindas.

 

Au rang des dispositions communes, on trouve la capacité à percevoir le mal qui est en chacun et qui nuit à son épanouissement sur tous les plans, ainsi que la capacité de pouvoir le soigner par intercession auprès des instances d'en haut, c'est à dire Nzambia Mpungu et les pairs gardiens demeurés dans le monde des esprits, la capacité de percevoir le mal se double de celle de percevoir aussi le bien, essentiellement les dispositions en esprit de chacun accompagnée de la faculté de pouvoir intercéder pour qu'elles s'ouvrent.

 

Parmi les dispositions spécifiques à chacun, en raison de sa mission, figurent le mode de communication avec les instances d'en haut, propre à donner à chaque gardien la faculté de demander et de recevoir réponse dans l'immédiat, ainsi que toutes les autres dispositions en esprit connues d'elle ou de lui seul.

 

Ces choses ont ainsi été conçues de sorte que nul d'entre eux ne soit véritablement tributaire d'aucun autre, même si leur action est liée dans sa finalité, seule l'action première du muntu né hors de la matrice aurait rendu inopérante cette « activation » en cours des gardiens, en cas d'échec de sa part puisque cela aurait signifié l'échec de toute la mission, mais au stade où nous sommes, nul ne peut plus faire avorter l'ensemble par son incapacité quelque forme qu'elle revête et a quelque niveau que se soit !

Et comme très peu de gardiens se connaissent comme tel les uns, les autres, le secret de ce qu'ils sont est parfaitement intact, encore que au stade où nous en sommes, ce n'est plus un tabou que d'évoquer leur existence.

 

Si un seul homme parmi des milliards a été en mesure d'entraîner le rayonnement du soleil duquel est parti toute cette réaction en chaîne, imaginez-vous de quoi des dizaines de gardiens, assistés de millions de leurs nouveaux pairs, nouvellement devenus muntu à titre individuel sont capables pour le bien être de Kongo dia Mbumba, la terre ?

 

 

Luzolo Menga ma Kongo

 

 

Facebook.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article