Publié par fara

 

 

Nous, le Peuple de Kongo dia Ntotila, à travers le Ntotila, représentant légitime nommé selon des procédures ancestrales et le droit coutumier, en conformité avec la Constitution et la loi en vigueur en République d'Angola et du droit international;

 

Considérant l'injustice continue caractérisées par les constantes violations des droits fondamentaux, l'exclusion, la persécution et le génocide;

 

Considérant les pratiques de la dépossession, l'occupation et l'exploitation effrénées des ressources foncières et naturelles avec des impacts négatifs sur l'environnement;

 

Considérant la mauvaise utilisation de l'argent de l'exploitation des ressources, empêchant ainsi le normal développement économique, social et culturel, mettant en danger la survie des générations futures;

 

Considérant la destruction continue et systématique de la culture et l'identité sociale du Peuple Kongo dia Ntotila, avec les dislocations et désarticulations des liens ancestraux et les relations sociales, mettant en danger la cohésion sociale, la stabilité et le développement comme prévu aux articles 11 et 56 de la Constitution ;

 

Considérant l'intention délibérée de détruire la vie humaine et l'éducation, les menaces et risques de vie liés à l'existence et la survie des générations futures;

 

Considérant les actes de désobéissance à l'autorité traditionnelle et tentatives d'usurpation du pouvoir en violation de la Constitution en ses articles 2, 7, 11, 223 et 224;

 

Préoccupés par les changements sociaux et politiques en cours dans le monde en général et en Afrique en particulier à la lumière des événements récents et les bouleversements politiques et sociaux prévisibles dans un avenir proche;

 

Déterminés à préserver et à perpétuer l'héritage de nos ancêtres pour les générations à venir;

 

Fidèles aux traditions ancestrales et aux aspirations les plus profondes du Peuple Kongo dia Ntotila;

 

Décidons de constituer le Nkuwu Kongo dia Ntotila regroupant dans une et unique Nation Kongo dia Ntotila tous les descendants des Ancêtres Nsaku, Mpanzu et Nzinga, conformément à l'article 3 conjugué avec l'article 7 de la Constitution de la République d'Angola, et les articles 3, 4, 5 et 9 de la Déclaration des Nations unies sur les Peuples autochtones, adoptée par l'Assemblée générale dans sa résolution du 13 Septembre 2007.

 

 

La présente Déclaration est l'Acte fondateur de la Nation Kongo dia Ntotila conformément à l'article 32 de la Constitution de l'Angola et des articles 6 et 33 de la Déclaration des Nations Unies sur les Peuples autochtones.

 

 396713_2752442048240_1173328075_32273173_1987344216_n.jpg

                                                   Le dernière roi du Kongo, PedroVIII et son epouse.

 

 

Le Kuwu ainsi constitué adopte les symboles nationaux de Kongo dia Ntotila, et le Nkutama Mvila Makanda comme le texte de base de son organisation sociale, dans le respect et l'application de la Constitution et les lois des États établis sur ses propres territoires en vertu des articles 25, 26 et 27 de la Déclaration citée ci-dessus, ainsi que les statuts et plan d'action du Mouvement panafricain; en tout ce qui n'est pas contraire à la culture, aux traditions ancestrales et aux lois du droit coutumier.

 

Le Kuwu Kongo dia Ntotila a sa capitale à Mbanza Kongo, et le kikongo sa langue officielle.

 

En vertu des pouvoirs qui nous sont conférés par les articles 11, 13, 14, 15 et 31 de la Déclaration des Nations Unies sur les Peuples autochtones, nous demandons instamment au gouvernement angolais pour inscrire avec effet immédiat, l'enseignement de la langue kikongo, l'histoire et la culture kongo y compris la religion et la généalogie Kongo, dans les programmes scolaires, à tous les niveaux, dans toutes les écoles situées sur les territoires Kongo.

 

Dans l'exercice de notre souveraineté, nous exhortons l'État angolais à remplacer, dans les trente jours, tous les dirigeants actuels à tous les niveaux, des organes de souveraineté, de défense et de sécurité, de l'Administration du territoire et l'ordre intérieur, de l'administration des ressources naturelles et environnement, culture, éducation, santé et justice sur tout le territoire de Kongo dia Ntotila; par d'autres dirigeants et employés provenant de Kongo dia Ntotila, conformément aux articles 34 et 35 de la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones.

 

En vertu du droit qui nous est accordée par l'article 12 de la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones, nous demandons instamment à l'État angolais, l'Etat portugais et l'Eglise catholique de faire la diligence auprès de l'Ordre du Christ en vue de rapatrier et remettre à la famille les restes mortels du roi de Kongo dia Ntotila, mort à la bataille d'Ambuila le 29 Octobre 1665, dont la tête fut exposée dans l'église de Nazareth à Luanda, afin qu'ils soient enterrés à sa terre natale. Les frais de funérailles et de l'analyse ADN de confirmation sont à la charge de l'Etat portugais et l'Eglise catholique. Ce jour historique est sera célébré chaque année, de génération en génération, comme la Journée du Héros National Kongo.

 

Devant Dieu et le monde visible et invisible, nous dénonçons le jeu macabre de Portugal, avec la complicité habituelle de l'Église catholique et les autres sectes de la manipulation religieuse des Peuples, l'infiltration et la division de leurs organisations sociales, politiques et syndicales, y compris l'élimination physique et l'exclusion des autochtones, afin de perpétuer la domination et l'exploitation de ses ressources. Pour ce faire, le Portugal a installé en Angola les gouvernements et dirigeants corrompus, fidèles au système de domination et exploitation inspiré par la bulle papale du 8 Janvier 1454 accordant au roi Afonso V du Portugal et son fils Infante Dom Henrique le droit d'asservir les noirs, de prendre et d'exproprier leurs terres, biens, femmes, etc. ... dans les termes suivants "accordons au dit roi Alphonse le plein pouvoir, entre autres, d'envahir, conquérir et dominer tous les ennemis Sarrasins et les païens, ennemis du Christ, leurs terres et biens, les réduire tous à la servitude et d'utiliser tout pour ses intérêts personnels et de ses descendants."

Le Portugal a trompé le Peuple angolais et la communauté internationale avec une parodie d'indépendance de l'Angola le 11 Novembre 1975, en confiant la gouvernance du pays à un seul mouvement de libération, en violation des accords signés précédemment.

 

L'indépendance de l'Angola le 11 Novembre 1975 est un GRAND MENSONGE, un grand CANULAR du Portugal, avec la complicité de l'Église catholique.

 

Dès le début, le Portugal a infiltré la lutte de libération par le MPLA, pour légitimer le pouvoir qui serait usurpé des indigènes. Le Portugal s'est approprié de la lutte de libération de l'Angola à travers le MPLA, y compris la falsification de la date de début de la lutte armée, les faits, des figures et les noms des héros. Tous les conflits qui ont suivi après l'indépendance ont été architecturés pour soutenir le jeu macabre du Portugal par le MPLA, en éliminant les populations autochtones et d'autres qui pourraient entraver l'exécution de la bulle papale et le code noir en Angola. La liste des combattants et d'autres, Angolais et non Angolais de tous bords tombés dans les conflits est longue et le sang répandu remplit des rivières. Cette fraude du Portugal / MPLA a conduit à l'émergence du courant actuel du MPLA fidèle au Portugal et ses alliés, après l'épuration du MPLA nationaliste. Les survivants du MPLA nationaliste, en dépit d'être relégués au second plan, par solidarité partidaire ou par ignorance, continuent à collaborer dans l'exécution de la bulle papale contre le peuple angolais en trahissant leur propre conscience et le peuple qu'ils ont aidé à se libérer. La position de la Troïka MPLA / Portugal / Eglise catholique s'est imposée après l'affaiblissement du MPLA nationaliste et d'autres forces politiques. Les actes d'élimination physique, d'infiltration, de division, d'exclusion, de corruption, le chantage, la désintégration politique et sociale des familles, la destruction de la culture et l'éducation, y compris la promotion de la luxure avec le viol et la pédophilie, les démolitions de maisons, les déplacements forcés de populations , l'occupation et l'expropriation des terres, l'importation de populations étrangères, etc. font partie des prescriptions de la bulle papale qui en réalité n'a jamais été révoquée, comme en réalité l'Angola n'a jamais été décolonisée. Le poids de la dette publique de l'Angola et la concentration de son économie au Portugal et dans certains pays alliés ne démentent pas la figure du blanchiment souverain d'argent.

 

Par conséquent, les actes accomplis avec arrogance par le MPLA au pouvoir font partie de la ligne de conduite tracée dans la bulle papale du 8 Janvier 1454. C'est la raison pour laquelle on assiste à une contradiction antagonique entre les actes et les politiques officielles du MPLA, qui recourt de façon systématique à la démagogie, les mensonges, la violence, la corruption, etc.

 

Devant Dieu et le monde visible et invisible, nous exhortons le Portugal et l'Eglise catholique à démonter, libre et volontairement, le système actuel et séculaire de domination et d'exploitation qui constitue la causes réelle et profonde non révélée de toutes les souffrances des Peuples et des Nations, devant l'indifférence cynique et mission hypocrite d´évangélisation de l'Église officielle, et la complicité passive des alliés (Jean 20, 19-23).

 

La conformité de l'Église catholique à des restrictions d'émissions dans le pays de sa propre radio Ecclésia n'est pas étrangère à la nécessité de faciliter la mise en œuvre des exigences de la bulle papale du 8 Janvier 1454. De même, la célébration du jour des morts du calendrier de l'Eglise catholique par l'État laïque de l'Angola n'est pas étrangère aux exigences de la bulle papale Romanus Pontifex visant la destruction de la culture autochtone dans le but de s'approprier Dieu et usurper le Seigneur Christ, brisant le flux de communication à travers la nécromancie et d'autres pratiques occultes réalisées dans les chapelles et autres sites religieux dans les cimetières. Les campagnes de diabolisation des anciens tombe sur la même logique et vise à rompre le dialogue intergénérationnel pour éviter la transmission de l'héritage généalogique pour les générations futures, sachant que la généalogie est la base de la spiritualité, le lien entre notre Seigneur le Christ et Dieu. Perdre la généalogie c'est perdre la bonne voie de contact avec Dieu. Les conflits, guerres, massacres, génocides, les viols, la pédophilie, etc. ... font partie de la même stratégie pour l'appropriation des âmes en vue de la domination spirituelle. C'est là notre lecture du Pontifex Romanus du 8 Janvier 1454.

 

Devant Dieu et le monde visible et invisible, nous défions le Portugal et l'Église catholique à (1) dénoncer publiquement la bulle papale de Tomaso Parentucelli du 8 Janvier 1454 et tous les autres textes similaires révélés et non révélés au public qui soutiennent le système de domination et d'exploitation, (2) cesser de célébrer le jour des morts (Deutéronome 18, 10-14, et Lévitique 19, 31 et 20.27), (3) renoncer à l'utilisation d'un cercueil à l'enterrement des morts, permettant ainsi le retour dans la paix du Christ à Dieu son Créateur (Jean 20, 17), (4) assumer, sans équivoque, la responsabilité de réparer les dommages moraux et spirituels causés aux Peuples et aux Nations, et (5) d'adopter une posture libératrice de Peuples et bâtisseuse de paix entre les Nations, afin d'accomplir la parole de Dieu (Mat.5, 20-26).

 

Il n'y a pas de tribunal sur terre pour juger le mal qu'on nous a fait. Le seul tribunal est le royaume de Dieu, dont le juge est Dieu lui-même.

 

Dieu a été, Est et Sera notre Témoin, le Seigneur Christ, notre force de génération en génération (Jean 8, 41-47)

 

Devant Dieu, nous acceptons le renouveau spirituel et la réconciliation avec un profond sentiment de responsabilité et d'humilité.

 

Devant Dieu, nous sommes engagés à utiliser la puissance de notre Seigneur Christ pour construire une Nation Kongo dia Ntotila prospère et solidaire avec Amour, Science et justice, et d'observer le 27 Octobre chaque année, de génération en génération, pour célébrer l'Alliance de paix éternelle avec Dieu (Ezéchiel 37, 15-28).

 

Merci pour le mal qui nous été fait. Ce mal a été la semence de notre foi, et la force de la manifestation de Dieu en nous. Le mal nous a donné la conscience et la maturité de sorte que, aujourd'hui, devant Dieu et devant le monde visible et invisible, nous soyons en mesure de proclamer le commencement d'une ère nouvelle:

 

l'ère de prospérité, de solidarité et de la spiritualité,

l'ère de la véritable démocratie africaine basé sur un dialogue générationnel permanent incubé dans la famille;

l'ère dans laquelle la fonction de la famille et du chef traditionnel est réhabilitée et valorisée;

L'ère dans laquelle le chef de famille est le messager de la démocratie et du développement de sa propre famille;

L'ère dans laquelle le chef traditionnel est le message de la démocratie et du développement de la Nation;

L'ère dans laquelle l'amour, la science et la justice sont les pierres angulaires, et le chef de famille, le chef traditionnel et la femme sont les piliers;

En bref, ça sera

Une ère de prospérité, de solidarité et de la spiritualité;

Une ère d'une véritable démocratie africaine;

Une ère de fédération et de la coexistence pacifique entre les Peuples et les Nations.

 

A tous ceux qui nous ont fait du mal, nous offrons notre pardon.

 

Sous l'autorité morale et spirituelle du Ntotila, Kongo dia Ntotila s'engage à maintenir de bonnes relations de voisinage et de coexistence pacifique avec les autres Peuples et Nations, à oeuvrer pour la promotion d'une coopération constructive fondée sur des principes de respect mutuel, d'intérêts réciproques, et de responsabilité solidaire; au sein d'une grande entité État fédérant des peuples et des nations autonomes, et dans un gouvernement constitué selon les procédures démocratiques généralement acceptées et dans le cadre d'une Commission nationale électorale indépendante.

 

Nous sommes convaincus que les autres Peuples, Nations, États et institutions nationales et internationales apprécieront la justesse de notre cause et la noblesse de notre mission, pour laquelle nous remercions la contribution de chacun, conformément aux articles 41 et 42 de la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones.

 

Chaque descendant de Nsaku, de Mpanzu, et de Nzinga, de génération en génération, est fait Missionnaire de Dieu pour répandre dans le monde, et de respecter et faire respecter, cette déclaration avec la puissance de notre Seigneur le Christ.

.

Publié à Luanda le 06 Novembre 2011, la Journée nationale Kongo dia Ntotila.

 

 

Le Ntotila

 

Dr. oec. Ngingilu Nkuwu

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article