Publié par fara

 

 

 

 

Dakar - L'ancien international sénégalais Jules-François Bocandé, meilleur buteur du Championnat de France en 1986 avec Metz, est décédé lundi à 54 ans des suites de maladie à Metz


L'ex-Messin passé également par le Paris SG, qui souffrait depuis plusieurs mois des conséquences d'un accident vasculo-cérébral (AVC), est décédé à Metz des suites d'une opération chirurgicale, précise l'Agence de presse sénégalaise (APS).    

"Je suis totalement atterré. C'est une perte énorme pour le football sénégalais. On savait qu'il était souffrant. Bocandé a su relancer le football sénégalais. Il a tout donné au football sénégalais par son talent et son engagement", a déclaré à la presse le président de la FSF, Me Augustin Senghor.


Jules-François Bocandé a été sacré meilleur buteur du championnat français de première division avec 25 buts marqués en 1986 sous les couleurs de Metz. Il a ensuite évolué au Paris Saint-Germain, Nice et Lens. Auparavant, il avait joué en Belgique après avoir débuté au Casa Sports de Ziguinchor, le club fanion de cette principale ville de Casamance, dans le Sud du Sénégal.


Avec le Sénégal, Bocandé a participé à trois Coupes d'Afrique des Nations (1986, 1990 et 1992). Cet ancien capitaine du Sénégal regrettait souvent que les "Lions" sénégalais n'aient jamais gagné de titre continental. Ce puissant attaquant, doté d'une impressionnante force de pénétration dans les défenses, était devenu sélectionneur du Sénégal dans les années 90, avant d'être membre de l'encadrement technique dans les années 2000.

 

Le vice-président du FC Metz, figure historique du club, Carlo Molinari, surnommé "mon papa" par Jules Bocandé quand il évoluait au club de 1984 à 1986, a fait part de sa "profonde tristesse". "Il m'avait demandé à être reçu, à être opéré à Metz, a-t-il expliqué à l'AFP. On avait tout organisé au club. Je savais que c'était un cas difficile parce qu'il était vraiment mal en point mais je ne m'attendais pas à une issue aussi rapide et fatale".

 

 

 

                                                                                                                                                   Angop

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article