Publié par fara

Par Rocha Nefwani

 

En 1491, le Roi Nzinga converti au christianisme de son propre gré, poussant la noblesse Kongo et les classes paysannes à suivre son exemple. À des degrés divers, le Royaume Kongo est resté Chretien pour les 200 prochaines années.

Les chercheurs continuent de contester l'authenticité de la foi chrétienne de Bakongos et le degré auquel l'adoption d'une nouvelle foi a été motivée par les réalités politiques et économiques.

20110315160059adar-copie-1
Depuis l'époque de la conversion de Nzinga jusqu'au XVIIe siècle, Les chefs du Kongo etaient engagé dans nombreuses communications avec les chefs politiques et religieuses de l'Europe, y compris le Pape et les autres membres du Vatican, qui avait au debut accepté l'Eglise orthodoxe du Kongo Dia Ntotela avec leur NZAMBI A MPUNGU.


Dans certaines parties du Kongo, le christianisme a été accepté non pas comme une nouvelle religion qui remplacerait l'anciene, mais plutôt comme un culte syncrétique qui était entièrement compatible avec la structure existante. Le Royaume Kongo était l'un des plus grands en Afrique subsaharienne au cours de cette période ; s'étendant sur plus de 115 000 milles carrés, il avait une monarchie hautement centralisée ainsi qu'une classe noble puissante. La noblesse urbaine a subi son mode de vie luxueux grâce à un système lourd impôt perçu sur la classe paysanne rurale. Produits en vrac des provinces, y compris les produits d'origine animale cuivre, sels, sauvages (peaux et Ivoire), ainsi que des tissus et esclaves plus tard, ont échangé les portugais.


La conversion au christianisme solidifié les relations commerciales importantes du Royaume Do Kongo. La noblesse Kongos rapidement adopté le christianisme pour plusieurs raisons. La première etaiet que la nature du gouvernement centralisé et de la société hiérarchiquement structurée a facilité la diffusion de l'information.


Les traductions de la doctrine chrétienne dans la langue locale, le KiKongo, a fait de telles que des mots comme esprit, Dieu et Sainte ont été rendus directement équivalents à des concepts existants en cosmologie Kongo. Les documents des missionnaires du XVIIe siècle disaient qu'ils avaient trouvé un peuple qui croit en un Dieu unique, mais eux Les missionaires ne savaient pas le nom de DIEU de Bakongos. Cette version etait reportee au vatican par les missionaires qui diffèrait considérablement avec le rapport done au Vatican par les missionaires espagnol qui etaient partis explores en Amériques; qui au contraire recommendait au vatican qu' ils devraient adoptes un principe exigeant un « changement de cœur » des indigenes qu' ils avaient trouves en Amerique.


Dans certaines parties du Kongo, le christianisme a été accepté non pas comme une nouvelle religion qui remplacerait l'anciene, mais plutôt comme un culte syncrétique qui était pleinement compatible avec les structures existantes de NZAMBI A MPUNGU.